thoro

[:fr]

Nombreux articles dans la presse quotidienne, hebdomadaire et mensuelle Française
( Libération, Le journal du Dimanche, Nice Matin, Elle, Le Figaro Madame Le Figaro scoop, Photo etc…)
Articles dans la presse Américaine, Canadienne et Marocaine.
1986: Porte Folio dans Photo Magazine avec un texte de Jean François Leroy.
1991:  Porte Folio de 10 pages dans Photo Reporter.

[:]

Le goût de la mer

Le Lavoir Charles Vasserot
83990 Saint Tropez
1, rue Joseph Quaranta
du 14 juin 2014 au 26 juin 2014

[:fr]Voyage photographique d’un mois au Brésil.
Lancement officiel et signature à la » Casa de las Rosas » de  Sao Paulo du livre Portugais Français  » Viva o’Brasil ».
Editions : Imprensa Oficial do Estado de Sao Paulo/Instituto Totem Cultural.
90 photographies en noir et blanc.[:en]Photographic Journey of one month in Brazil.
Official launch and signing at  » The Casa de las Rosas  » in Sao Paulo of the French/Potuguese Book  » Viva o’Brazil »
Published by Imprensa Oficial do Estado de Sao Paulo /Instituto Totem Cultural (90 photographs in black and white.)[:]

VIVA O’BRASIL !

couverture-modifiee-pour-site

« LA TENDRESSE DU VOYAGEUR »

Dans ce pays multiple et paradoxal – combien de Brésils pour faire un Brésil ?, se demande le chanteur Lenine – Pays tout à la fois d’une violence extrême et d’une extrême douceur, Xavier Roy a choisi son Brésil. Ce n’est pas celui du crime, des injustices, ni de la misère. S’il est parfois dénudé, voire même aride, ce n’est jamais un Brésil désespéré. Sous le regard du photographe, c’est un Brésil d’une infinie tendresse qui apparaît. Mais cette tendresse qu’on lit sur les visages, elle est avant tout dans l’oeil du photographe. Xavier Roy aime ceux qu’il regarde et, en retour, ils lui offrent ce qu’ils ont de meilleur. En feuilletant Viva o Brasil !, d’emblée, on sait à quelle famille Xavier Roy appartient : Cartier- Bresson, Bouba, Plossu, les « photographes de rue », ceux qui vont à pieds, dans les villes du monde entier, à la rencontre des hommes. Comme Cartier- Bresson, Xavier Roy est attentif aux lignes et cherche à capter l’instant décisif. Qu’elles divisent l’image comme les panneaux d’un retable ou les barreaux d’une échelle, les lignes organisent la composition, elles ordonnent le chaos du monde. Dans le cadre ainsi découpé, tout semble à sa place. Au Brésil, cependant, les lignes elles aussi s’adoucissent, elles s’incurvent, elles ondulent : ce sont les courbes que dessinent les mosaïques sur les trottoirs de Rio de Janeiro, celles que tracent le méandre d’une rivière, le contour d’une avenue ou la crête des dunes. C’est le dos rond du Pain de sucre dont un pêcheur répète la courbe, le temps d’un lancer de filet. Mais saisir l’instant décisif, au Brésil, ce n’est pas seulement fixer l’évanescence d’un geste, la fugacité d’un reflet ; ce n’est pas seulement capter ces moments insolites ou drôles, où l’on voit deux cyclistes prêts à s’envoler au bout d’un essaim de ballons, ou cet autre qui fait s’élever une nuée d’oiseaux dessinée sur un mur. Au Brésil, capter l’instant, c’est surprendre l’irruption du religieux dans la banalité du quotidien. Un ange à boucles noires traverse la rue ; une jeune mère se retourne, son enfant dans les bras, et tend au photographe le visage paisible et lumineux d’une Vierge métisse. Ici, le Christ est partout. Il est absent de la croix, c’est vrai, au pied de laquelle un garçon fait un saut périlleux. Mais c’est pour revenir bientôt au milieu de la brume – dans une image qui donne au Rédempteur mille fois photographié toute la beauté et l’étrangeté d’une apparition – ou dans l’ombre d’une église, derrière une cabine de verre, présence fragile qui veille discrètement sur la rue qu’on voit par la porte ouverte. Il y a enfin de la » Saudade » dans le regard de Xavier Roy, ce sentiment si brésilien. Elle se lit, bien sûr, dans ces visages rêveurs, appuyés sur un bras ; mais elle est surtout dans le style même du photographe, qui voit le Brésil – et nous le montre – comme on ne le voyait plus. Au milieu des images brutales dont les media nous abreuvent, les photographies de Xavier Roy nous parlent d’un pays presque oublié, plein d’humanité et de douceur. Qu’il continue encore longtemps de promener sur ses hommes et ses femmes le regard tendre du voyageur.

Sébastien Roy

Editeur « Impressa Oficial do Estado de Sao Paulo/Instituto Totem Cultural) 2009

Publié au Brésil (Français/Portugais) : 86 photographies NetB

Viva o’Brasil

Dans le cadre du projet « OUi, Brasil”
MuBE (Museu Brasileiro da Escultura)
organisé pendant » l’Année de la France au Brésil »

DETOURNEMENTS

Du Brésil à Madagascar, Xavier Roy a sillonné les routes pour saisir des instants de vie. Au travers des regards et des attitudes des personnages qu’il a photographiés, on discerne les sentiments qu’il ressent pour ceux qui croisent son chemin. « Xavier Roy aime les gens, leur parler, les rencontrer, leur sourire et éventuellement faire leur portrait…. » dit à son propos le photographe Bernard Plossu.

Lorsqu’il rencontre Marie-Virginie Dru, qui sculpte depuis des années des femmes et des enfants en Afrique ou ailleurs, l’envie de réunir leurs talents s’impose.Marie-Virginie, elle même photographe avant de découvrir la sculpture, tombe sous le charme des photos de Xavier, avec l’impression d’avoir déjà rencontré certains de ses sujets et de les reconnaître. Lorsque Xavier lui propose de donner une troisième dimension à quelques-unes de ses photos choisies ensemble, la substitution commence……

Cette exposition s’apparente à un détournement, un relais entre leurs deux regards qui se portent sur des visages et des silhouettes.Un désir commun pour que les personnages représentés sur les photos et dans les sculptures soient doublement présents parmi nous.

Photos de Xavier Roy
Sculptures de Marie-Virginie Dru

Du 16 au 29 juillet 2008
Ambassade du Tourisme
Place de la Garonne
Saint Tropez
[:en]

En Egypte

Exposition à la Galerie Forêt Verte (Sélection officielle du Mois de la Photo 2006 à Paris).

All our children


Je n’ai pas choisi de photographier les Enfants, ils se sont imposés à moi d’eux-même…

Invariablement au cours de mes voyages mon objectif s’est arrêté sur eux: graves ou souriants ils sont toujours spontanés, imprévus, émouvants. Et ce qui me touche et m’étonne toujours chez tous les enfants du monde c’est cette incroyable faculté qu’ils ont de rire et de s’amuser dans n’importe quel circonstance, même les plus difficiles. Vivre et profiter de l’instant: une notion que seule leur insouciance peut leur apporter.

Xavier Roy

Editeur : earBooks / edel Classic
Publication : 2006

Enfances

Exposition à l’Espace Culturel « UGGC », Paris.

Est-ce ainsi que les Hommes vivent

Une photographie exposée aux Jardins du Luxembourg à Paris dans le cadre de l’exposition collective.[:en]Une photographie exposée aux Jardins du Luxembourg à Paris dans le cadre de l’exposition collective.

Children

Exposition au Palais des Festivals à Cannes.

L’Eau ; La Vie

Exposition à l’Ambassade du Tourisme et à la Galerie Nathalie Duchayne à Saint Tropez.

L’âme Cubaine

invit-ame-cubaine-recto2
invitat-ame-cubaine-verso2

Exposition à « la Maison de l’Amérique Latine »  à Paris.

Signature du livre édité par Flammarion.

L’âme cubaine

Cuba, pays déjà très photographié, avec de très bonnes images, mais aussi des « clichés », un peu de tout, avec historiquement Walker Evans et son époque : œuvre magistrale, totalement fidèle à Cuba !

Quand un photographe sent qu' »il doit retourner quelque part », c’est qu’il a compris que pour vraiment photographier juste, il doit se confronter plusieurs fois, encore et encore, au pays qui l’attire comme par magie – c’est un besoin plus fort que lui – et Xavier Roy donc est reparti pour Cuba dix fois de suite !!

Et voici des images qui arrivent sur les planches contacts : des gens, beaucoup de visages, car Xavier Roy aime les gens, leur parler, les rencontrer, leur sourire et éventuellement faire leur portrait, tel ce vieil homme à la moustache blanche et au doux sourire, tranquillement assis, ou ce grand-père avec un enfant, sous son chapeau de paille, torses nus ; il fait si chaud ! Et aussi cet homme derrière sa fenêtre avec son chien qui passe le museau à travers les barreaux; cette jeune femme en bigoudis au sourire complice !, et bien d’autres encore !

De fait tous ces portraits nous plongent dans l’ambiance même de Cuba : on sent le climat, on voit l’architecture, le temps qui passe, plein d’indications : quand on voyage, on ne change pas seulement de frontières, mais d’odeurs de goûts, de tout !

Bernard Plossu

Editeur : Flammarion
Publication : 2/11/2004

Elsewhere

Exposition à la Broom Street Gallery à New York conjointement avec le peintre Marion Lesage.

Exposition collective

Exposition à l’espace Banville à Paris conjointement avec A. Chatriot sculpteur.

Instants d’ailleurs

Exposition de 80 photographies à Bordeaux dans le cadre du Festival « Itinéraire des Photographes Voyageurs ».

Instants d’ailleurs / Elswhere

Exposition de 57 photographies au Musée de La Castre. (Cannes)

Janvier/Février 2002

Depuis de très nombreuses années, Xavier Roy pratique cet art qui est bien plus qu’un simple loisir. Sa passion pour les pays étrangers le pousse à y faire de fréquents et longs séjours, pas seulement au bord de plages de rêves. C’est plutôt au lever du soleil, dans les rues populaires de la Havane, de Dehli, du Caire ou de Rio qu’on peut le rencontrer, appareil en bandoulière et l’oeil à la recherche de ces instants de vie qu’il saisit, comme pour arrêter ce temps des médias en perpétuelle accélération, qui est son quotidien.

Ceux qui ont eu le privilège de voir quelques-unes de ses photographies attendaient le plaisir de voir son oeuvre, exclusivement en noir et blanc, rassemblée dans un ouvrage et dans une exposition. C’est aujourd’hui chose faite au Musée de la Castre à Cannes. »

Catherine Tasca
Ministre de la Culture
et de la Communication

Editeur : Musée de la Castre .

Janvier 2002

Elsewhere

Exposition à la Galerie du Château de Suffren à Saint Tropez.